Ir al contenido principal

Entradas

Mostrando entradas de septiembre, 2014

Metafísica de la felicidad real.

Conclusiones Traducidas por Maricarmen Rodríguez.
A lo largo del libro de Alain Badiou Metafísica de la felicidad real (que aparecerá en enero de 2015), ciertas definiciones de la felicidad fueron propuestas, discutidas, puestas a prueba, rechazadas, aceptadas… A modo de anticipación del libro y de recapitulación de su trayectoria, he aquí veintiuna de esas definiciones, acompañadas de la página donde figuran en el manuscrito.
1.La felicidad es el signo infalible de todo acceso a las verdades (3). 2.La felicidad no es la recompensa a la virtud, sino la virtud misma [Spinoza] (3). 3.La felicidad es la experiencia afirmativa de una interrupción de la finitud (5). 4.La felicidad es el afecto de la verdadera vida (10). 5.La felicidad real es una figura subjetiva de lo Abierto (11). 6.La felicidad real es el afecto de la democracia verdadera (11). 7.La felicidad real es el goce de nuevas formas de vida (12). 8.Toda felicidad real supone una liberación del tiempo (19). 9.Solo hay felicidad para aquell…

Métaphysique du bonheur réel.

Dans son dernier séminaire, AB a parlé du livre qu'il publiera en janvier 2015 sous le titre "Métaphysique du bonheur réel". Il vous fait parvenir la conclusion de ce livre.
Conclusion
Tout au long du livre d’A.B. « Métaphysique du bonheur réel » (à paraître en janvier 2015), des définitions du bonheur ont été proposées, contestées, testées, rejetées, acceptées…Voici, en guise et d’anticipation du livre et  de récapitulation de sa trajectoire, vingt et une de ces définitions, accompagnées de la page où elles figurent dans le tapuscrit.


Le bonheur est le signe infaillible de tout accès aux vérités (3).Le bonheur n’est pas la récompense de la vertu, mais il est la vertu elle-même [Spinoza] (3).Le bonheur est l’expérience affirmative d’une interruption de la finitude (5).Le bonheur est l’affect de la vraie vie (10).Le bonheur réel est une figure subjective de l’Ouvert (11).Le bonheur réel est l’affect de la démocratie vraie (11).Le bonheur réel est la jouissance de nouvelles f…
Le premier séminaire de l'année 2014-15 ("L'immanence des vérités, 3") aura lieu comme prévu le mercredi 24 septembre à 20h, non pas toutefois comme annoncé dans la salle Jules Ferry, mais dans la traditionnelle salle Dussane, ENS, 29 rue d'Ulm. Le séminaire suivant, fixé exceptionnellement au lundi 6 octobre, aura lieu à 20h dans la grande salle du Théâtre de la Commune à Aubervilliers, 2, rue Edouard Poisson. Vous pouvez y rendre: — Soit  par le métro: prendre la ligne 7 jusqu'à la station Aubervilliers-Pantin Quatre-Chemins.  Ensuite à pied, remonter l'avenue de la République vers Aubervilliers-centre et prendre la cinquième rue à gauche (compter 10mn). Il est  éventuellement plus rapide de prendre au métro le bus 150 ou 170 jusqu'à l'arrêt André Karman. — Soit par le bus:   bus 35 de gare de l'Est à mairie d'Aubervilliers. — Soit en voiture: il y a un parking en face du théâtre. A l'issue du séminaire il y aura une navette qui des…

Séminaire d’Alain Badiou. 2014-2015

L’immanence des vérités (III) : les deux finitudes, la scission subjective et le bonheur


Dans les séminaires des deux dernières années, nous avons établi les points suivants : 1. L’idéologie dominante, dans le monde contemporain, celui du capitalisme impérial mondialisé, repose sur une acceptation consensuelle de la finitude. La norme indépassable du Sujet y est en effet la satisfaction et son corrélat inévitable : la concurrence pour obtenir cette satisfaction. 2. S’opposer à cette idéologie ne revient évidemment pas à s’installer dans l’infini comme s’il était une patrie spirituelle séparée. Ce fut, et c’est encore, la stratégie du spiritualisme religieux. Il s’agit bien plutôt de diviser le principal concept en jeu, à savoir celui de réalité finie. 3. Je propose que cette division fasse contraster deux types de fini, et donc de finitude, celle qui relève du déchet, et celle qui relève de l’œuvre. On dira que la finitude du consommateur contraint, la finitude de l’occidental démocrate,…