Ir al contenido principal

Entradas

Mostrando entradas de enero, 2015

Traducción al español.

El rojo y el tricolor. Alain Badiou. Filósofo, dramaturgo y escritor. Publicado por Le Monde 27/1/2014.
Traducción: Amandine López y Angelina Uzín Olleros.


Hoy el mundo está investido en su totalidad por la figura del capitalismo global, sometido a la oligarquía internacional que lo gobierna, y esclavizado/dominado por  la abstracción monetaria como única figura reconocida de la universalidad.
En este contexto desesperante se  ha montado una especie de pieza histórica en una cortina de humo. En la trama general de "Occidente", patria del capitalismo dominante y civilizado, contra “el islamismo", referente del terrorismo sanguinario, aparecen, por  un lado, bandas armadas asesinas e  individuos fuertemente armados, esgrimiendo el cadáver de algún Dios para hacerse obedecer; por otro lado, en nombre de los derechos humanos y la democracia, expediciones militares internacionales salvajes, destruyendo estados enteros (Yugoslavia, Irak, Libia, Afganistán, Sudán, Congo, Malí, Cent…

Qu’est-ce qui se répète ?

Séminaire d’Alain Badiou. Séance du lundi 2 février 2015, 20h :  Qu’est-ce qui se répète ?


Nous avons déjà traité de deux formes majeures de la finitude, considérée ici comme le noyau de l’oppression idéologique dominante. D’abord, directement, le fini, la conviction que tout est fini, que l’infini nous est inaccessible. Ensuite, l’identité, la conviction que les animaux humains sont définis par des identités (raciales, culturelles, historiques, nationales, religieuses…) et que l’universalité nous est inaccessible. Dans les deux cas, nous avons montré que les dialectiques sous-jacentes, celle du fini et de l’infini et celle du même et de l’autre, permettent de démontrer le contraire : la pensée vraie se dégage nécessairement du fini, comme le montre l’usage fondamental du raisonnement par l’absurde, lequel ne peut conclure qu’en acceptant que son trajet puisse être infini. Et elle se dégage aussi de toute fixation identitaire, comme le montre la relation immanente du même et de l’autre,…

Texte complet: Le rouge et le tricolore. Alain Badiou.

Le Rouge et le Tricolore.                                                         Alain Badiou
1. Arrière-plan : la situation mondiale. Aujourd’hui, le monde est investi en totalité par la figure du capitalisme global, soumis à l’oligarchie internationale qui le régente, et asservi à l’abstraction monétaire comme seule figure reconnue de l’universalité. Nous vivons un pénible intervalle : celui qui sépare la fin de la deuxième étape historique de l’Idée communiste (la construction intenable, terroriste, d’un « communisme d’Etat ») de sa troisième étape (le communisme réalisant la politique, adéquate au réel, d’une « émancipation de l’humanité tout entière »). Dans ce contexte, s’est établi un conformisme intellectuel médiocre, une sorte de résignation à la fois plaintive et satisfaite, qui accompagne l’absence de tout futur autre que la répétition déployée de ce qu’il y a. Nous voyons alors apparaître, contre-partie à la fois logique et horrifiante, désespérée et fatale, mélange de capita…

Métaphysique du bonheur réel.

Le livre d'Alain Badiou "Métaphysique du bonheur réel" sera disponible en librairie à partir du 28 janvier.

Séminaire d’Alain Badiou. Séance du Lundi 19 Janvier 2015, 20h : Tragédies identitaires.

Attention: le séminaire suivant, prévu le  9 février, est  avancé au lundi 2 février.

Attachés à la construction du motif de l’immanence des vérités, nous avons souvent croisé, dans la figure de l’adversaire, l’obsession de l’identité. Le constat que l’on peut faire aujourd’hui est le suivant : au fur et à mesure que le monde est investi en totalité par la figure du capitalisme global, soumis à l’oligarchie internationale qui le régente, et asservi à l’abstraction monétaire comme seule figure reconnue de l’universalité  et dans l’intervalle qui sépare la fin de la deuxième étape historique de l’Idée communiste (la construction intenable d’un « communisme d’Etat ») de sa troisième étape (le communisme réalisant la politique, adéquate au réel, d’une émancipation de « l’humanité tout entière »), dans ce climat, donc, de terrorisme idéologique rampant et d’absence de tout futur autre que la répétition déployée de ce qu’il y a, nous voyons apparaître, contrepartie à la fois logique et horri…