Ir al contenido principal

Séminaire d’Alain Badiou. Séance du Lundi 19 Janvier 2015, 20h : Tragédies identitaires.




Attention: le séminaire suivant, prévu le  9 février, est  avancé au lundi 2 février.


Attachés à la construction du motif de l’immanence des vérités, nous avons souvent croisé, dans la figure de l’adversaire, l’obsession de l’identité. Le constat que l’on peut faire aujourd’hui est le suivant : au fur et à mesure que le monde est investi en totalité par la figure du capitalisme global, soumis à l’oligarchie internationale qui le régente, et asservi à l’abstraction monétaire comme seule figure reconnue de l’universalité  et dans l’intervalle qui sépare la fin de la deuxième étape historique de l’Idée communiste (la construction intenable d’un « communisme d’Etat ») de sa troisième étape (le communisme réalisant la politique, adéquate au réel, d’une émancipation de « l’humanité tout entière »), dans ce climat, donc, de terrorisme idéologique rampant et d’absence de tout futur autre que la répétition déployée de ce qu’il y a, nous voyons apparaître, contrepartie à la fois logique et horrifiante, désespérée et fatale, mélange de capitalisme corrompu et de gangstérisme meurtrier, un repli maniaque, manœuvré subjectivement par la pulsion de mort, vers les identités les plus diverses, suscitant à leur tour les contre-identités identitaires les plus archaïques. Sur la trame générale de « l’Occident » (patrie du capitalisme dominant et « civilisé ») contre « l’Islamisme » (référent du terrorisme sanguinaire), on voit d’un côté des bandes armées meurtrières, bandits surarmés, brandissant Allah ou tout autre fétiche, soutenus à distance par des patrons obscurs, mais intéressés à tout ce qui touche au pétrole, aux mines et aux diamants, de l’autre, au nom des droits de l’homme et de la démocratie, des expéditions militaires internationales sauvages, détruisant des Etats entiers (Yougoslavie, Irak, Libye, Afghanistan, Soudan, Congo, Mali, Centrafrique, …), sans parvenir à rien qu’à négocier avec les bandits les plus corruptibles une paix précaire autour des puits, des mines et des enclaves où prospèrent les grandes compagnies.
Il en ira ainsi tant que l’universalisme vrai, le prise en main du destin de l’humanité par l’humanité elle-même, et donc la nouvelle et décisive incarnation historico-politique de l’Idée communiste, n’aura pas déployé sa neuve puissance à l’échelle mondiale, détruisant au passage, avec l’oligarchie des propriétaires et de leurs serviteurs, avec l’abstraction monétaire, les identités et contre-identités qui ravagent les esprits et en appellent à la mort.
Que vienne le temps où toute identité  (car il y en aura toujours) sera intégrée égalitairement dans le destin de l’humanité générique.
A l’arrière-plan philosophique de tout cela : l’opposition, plus que jamais, de la pensée dialectique à la pensée analytique. C’est-à-dire la critique radicale de tout ce qui phantasme des identités (culturelles, religieuses, linguistiques, « civilisationnelles », raciales, idéologiques…) du seul point de leur opposition irréductible à d’autres identités. Ou encore : une vieille question, éclaircie par Platon dès son dialogue Le Sophiste : quelle est la relation vraie entre le Même et l’Autre ?
Le séminaire sera consacré à cette question. On s’y appuiera une fois encore sur le théâtre : nous interpréterons en effet la scène 24 de Ahmed philosophe, scène titrée justement : Le même et l’autre.


Le séminaire à lieu à 20h au  théâtre de la Commune, lequel se situe à Aubervilliers, 2, rue Edouard Poisson. Vous pouvez vous y rendre: Soit  par le métro : prendre la ligne 7 jusqu'à la station Aubervilliers-Pantin Quatre-Chemins.  Ensuite à pied, remonter l'avenue de la République vers Aubervilliers-centre et prendre la cinquième rue à gauche (compter 10mn). Il est  éventuellement plus rapide de prendre au métro le bus 150 ou 170 jusqu'à l'arrêt André Karman. Soit par le bus :   bus 35 de gare de l'Est à mairie d'Aubervilliers. Soit en voiture : il y a un parking en face du théâtre.
A l'issue du séminaire il y aura une navette qui desservira Porte de la Villette, Stalingrad, gare de l'Est  et Châtelet. Le bar-restaurant sera ouvert au théâtre avant et après le séminaire.

Comentarios

Entradas populares de este blog

Una reseña de El Siglo de Alain Badiou.

PorJuan Manuel Melero.



El sigloreúne un ciclo de clases de Alain Badiou, dictadas entre octubre de 1998 y marzo del 2000. Se suma a éstas un epílogo, del año 2004. Su objeto es ni más ni menos que ese siglo cuya línea de cierre, en términos del calendario, nos encontrábamos pisando por entonces. Pero su objetivo no es hacer un balance general o un juicio de valor sobre lo que habría sido el siglo XX, sino intentar una lectura de la subjetividad que lo sostuvo, de las pasiones que le dieron impulso, mediante un trinchado de discursos: las políticas, las artes, las ciencias. Lo primero que se advierte es que en ese sentido se han ensayado diferentes maneras de circunscribir el siglo, y que ellas dependen, principalmente,  del modo de captar la relación entre violencia y transformación histórica. Entonces, la periodización más difundida, y también la más fuerte en este libro, hace comenzar al siglo en los años 1914-18, lapso de la primera guerra llamada mundial, que incluye además a 1917, …

Ce merveilleux petit chat.

Ce merveilleux petit chat avait pour nom "Royan". C'est une ville au bord de l'Atlantique, où ce chat, tout petit et perdu, a été trouvé par mon fils adoptif (d'origine congolaise) Oliver Ntumba-Winter-Badiou. Malheureusement, cette adorable bête était une peu folle, elle sautait partout sans faire attention, il fallait toujours fermer toutes les fenêtres et toutes les portes... Royan a fini, un matin, par sauter par la fenêtre, il a fait une chute de six étages. Il n'était pas mort ! Je l'ai emmené tout doucement chez le vétérinaire. Il a lutté encore deux jours, après des soins délicats et difficiles, mais il a succombé à la fin. Nous avons tous beaucoup pleuré... Alain B.

Laclau, Badiou y la política.

FUNDACIÓN HÁBITAT Y SALUD URBANA Laboratorio de Ideas. Espacio de Pensamiento. LACLAU, BADIOU y LA POLÍTICA. Conferencia de TIMOTHY APPLETON (Profesor de Lingüística en la Universidad Camilo José Cela, Madrid. Estudió discurso político con E. Laclau en la Universidad de Essex. Se doctoró en Filosofía en la Universidad Complutense. Tema: La teoría política después de Lacan). Presenta AMÉRICO CRISTÓFALO (Vicedecano de la Facultad de Filosofía y Letras UBA, Licenciado en Letras, Profesor Asociado del Departamento de Letras. Director del Departamento de Letras. Publicaciones de libros, varios). Miércoles 17 de agosto, 19.30 hs. Palestina 780 (timbre Fu).
Confirmar presencia. Lugares limitados.