Ir al contenido principal

Ensemble Badiou: Un film de Fanny Douarche.




ENSEMBLE BADIOU Un film de Fanny Douarche produit par La Mer à Boire Productions APPEL A PARTICIPATION Dans le cadre du tournage du film Ensemble Badiou, nous recherchons des auditeurs du séminaire qui seraient prêts à nous apporter leur concours en revenant au Théâtre de La Commune une journée entre le 23 et le 25 juin afin de participer à la création de séquences de fiction censées se dérouler pendant une séance du séminaire. Aucun savoir-faire d’acteur n’est requis. Il s’agira seulement d’être présent et d’effectuer quelques actions très simples : gestes, regards, postures. Cette participation doit avant tout reposer sur le désir de faire partie de cette aventure et d’en enrichir la recherche formelle et collective. Si vous êtes intéressé(e), merci de nous faire parvenir par mail à l’adresse suivante : ensemblebadiou@outlook.com - vos coordonnées (nom, prénom, mail et numéro de téléphone) - vos disponibilités du 23 au 25 juin (jours et plages horaires) - toute question que vous jugerez utile ou nécessaire Vous trouverez ci-dessous une note de présentation du projet. Très cordialement, L’équipe de La Mer à Boire Productions NOTE DE PRESENTATION Cela fait quatorze ans que j’assiste au séminaire d’Alain Badiou. Ma fréquentation du sé- minaire a considérablement influencé ma pratique et mes choix de cinéaste. Auditrice non philosophe, j’y puise une énergie créatrice en même temps que des repères théoriques qui, pour le dire en termes badiousiens, m’aident à m’orienter dans la pensée, à m’orienter dans l’existence. Le film que je vous présente vise à élaborer, avec les moyens du cinéma, une présentation de la pensée de Badiou. J’entends par présentation un mode d’introduction non philosophique qui ne soit nullement une tentative de vulgarisation mais le partage d’une expérience sensible par laquelle nous nous trouvons invités à penser avec. Pour ce faire, le film donnera à expérimenter au spectateur une séance du séminaire. Il en restituera le déroulement sinon dans sa durée réelle du moins dans une certaine continuité, comme pourrait le faire une simple captation – à cette différence de taille qu’il s’agira ici de saisir, par le biais d’une mise en scène élaborée, la teneur des expériences subjectives : ce que nous vivons et ressentons pendant ce temps privilégié. Ainsi, le film s’attardera longuement sur les visages des auditeurs du séminaire, cherchant à deviner à même ces visages, dans la lueur d’un œil, à un cou qui se tend, à une main qui se met à écrire fébrilement, à tous ces éclats dans le sensible, ce que suscite en nous cette expé- rience. Qu’est-ce qu’être là, ensemble, pour nous ? Quelles puissances créatrices cela nous offre-t-il ? En traquant les actions immédiates de la pensée sur les corps, j’aimerais faire entrapercevoir la possibilité de ses effets dans l’existence. Le film glissera de manière extrêmement progressive, presque imperceptiblement, du documentaire vers la fiction. Au sein de l’assemblée des auditeurs, certains deviendront les protagonistes de petites péripéties. Ces micro-fictions, d’abord tout à fait ordinaires et vraisemblables – un stylo qui n’écrit plus, un retardataire qui s’installe – se feront de moins en moins réalistes, de plus en plus romanesques ou abstraites, telles une rencontre amoureuse ou une danse qui s’improvise. Le tournage aura lieu en deux temps : - la première étape consistera à filmer de manière documentaire une séance du séminaire de Badiou (le 8 juin) - dans une deuxième étape, l’assemblée des auditeurs du séminaire sera reconstituée fictivement en convoquant ceux d’entre vous qui voudront bien se porter volontaires ainsi que des acteurs. Le tournage aura lieu les 23, 24 et 25 juin. 
Merci de votre attention, Fanny Douarche

Comentarios

Entradas populares de este blog

Una reseña de El Siglo de Alain Badiou.

PorJuan Manuel Melero.



El sigloreúne un ciclo de clases de Alain Badiou, dictadas entre octubre de 1998 y marzo del 2000. Se suma a éstas un epílogo, del año 2004. Su objeto es ni más ni menos que ese siglo cuya línea de cierre, en términos del calendario, nos encontrábamos pisando por entonces. Pero su objetivo no es hacer un balance general o un juicio de valor sobre lo que habría sido el siglo XX, sino intentar una lectura de la subjetividad que lo sostuvo, de las pasiones que le dieron impulso, mediante un trinchado de discursos: las políticas, las artes, las ciencias. Lo primero que se advierte es que en ese sentido se han ensayado diferentes maneras de circunscribir el siglo, y que ellas dependen, principalmente,  del modo de captar la relación entre violencia y transformación histórica. Entonces, la periodización más difundida, y también la más fuerte en este libro, hace comenzar al siglo en los años 1914-18, lapso de la primera guerra llamada mundial, que incluye además a 1917, …

Ce merveilleux petit chat.

Ce merveilleux petit chat avait pour nom "Royan". C'est une ville au bord de l'Atlantique, où ce chat, tout petit et perdu, a été trouvé par mon fils adoptif (d'origine congolaise) Oliver Ntumba-Winter-Badiou. Malheureusement, cette adorable bête était une peu folle, elle sautait partout sans faire attention, il fallait toujours fermer toutes les fenêtres et toutes les portes... Royan a fini, un matin, par sauter par la fenêtre, il a fait une chute de six étages. Il n'était pas mort ! Je l'ai emmené tout doucement chez le vétérinaire. Il a lutté encore deux jours, après des soins délicats et difficiles, mais il a succombé à la fin. Nous avons tous beaucoup pleuré... Alain B.

Elogio del amor.

En forma de debate, Alain Badiou responde a las preguntas de Nicolas Truong y aborda el tema del amor de manera profunda. Se pregunta con pasión y rigor sobre la concepción del amor en nuestro mundo moderno. Para él, es necesario “reinventar el riesgo y la aventura, contra la seguridad y la comodidad”. Se debe caer enamorado para hacer filosofía, según Badiou, “quien no comienza por el amor no sabrá nunca lo que es la filosofía”. A través de este libro, podemos descubrir varias ideas. En primer lugar nos dice que hoy el amor se ve amenazado por el conformismo, porque el amor se define como una experiencia tranquilizadora, que nos hace sentir seguros. En efecto, se piensa que se toman menos riesgos al buscar otro ser idéntico a sí mismo (la otra mitad) que deben elegirse fulano o mengana y se piensa “con aquél, esto va a ir sin riesgos”. De esta manera, no hay más sorpresa, ni más encuentro y se pierde toda la poesía de la vida. Pero el amor no puede existir a falta total de riesgos…