Ir al contenido principal

Entradas

Mostrando entradas de enero, 2016

Le « communisme-mouvement » d’Alain Badiou.

Alain Badiou a entamé depuis plusieurs années une bataille idéologique pour défendre ce qu’il nomme l’ « hypothèse communiste », et ce à travers des livres, des conférences, des entretiens et des séminaires de réflexion, notamment aux côtés de Slavoj Zizek. On sait que les livres d’Alain Badiou peuvent se montrer fréquemment bien difficiles d’accès, mais lorsque le philosophe passe à l’exposé oral de ses convictions, il affiche une clarté indéniable. Par l’intermédiaire d’un dialogue avec le philosophe allemand spécialiste de la philosophie française, Peter Engelmann, Quel communisme ? permet une approche concise et accessible des réflexions de Badiou sur le communisme.http://www.les-lettres-francaises.fr/2015/11/le-communisme-mouvement-dalain-badiou/

Séminaire supplémentaire Alain Badiou 23 Novembre 2015.

https://www.youtube.com/watch?v=R0r2fK1UCbI


Alain Badiou: Penser les meurtres de masse.

http://la-bas.org/la-bas-magazine/entretiens/alain-badiou-penser-les-meurtres-de-masse Voici les intentions de cette conférence : POUR aider à ce que les meurtres de masse du vendredi 13 novembre, à Paris et à St Denis, soient pensés au-delà des indispensables affects : horreur, barbarie, stupéfaction. Pour qu’aucune propagande ne puisse s’y opposer fictivement pour s’en servir réellement. Pour évaluer l’imposture et le péril de ceux qui visiblement se réjouissent, en France ou ailleurs, qu’on puisse enfin crier : « La guerre ! C’est la guerre ! Tous en guerre ». Pour que d’abjects meurtres de masse ne puissent se glorifier d’avoir à eux seuls plus d’importance et de valeur médiatique et étatique que toutes les recherches rationnelles d’une politique neuve, toutes les expériences de la pensée et de la pratique en direction des vérités à venir. Pour que les peuples du monde, et singulièrement leur jeunesse, ne soient pas acculés au choix accablant entre un fascisme racialo-religieux et le vi…

Le noir : Eclats d'une non-couleur.

Un livre inhabituel dans l'œuvre d'Alain Badiou. Allant de la (fausse?) confidence à la rêverie, il nous accompagne dans une songerie sur le noir. Tout concept du noir est écarté, l'approche est purement négative : le noir n'est pas une couleur. Mais il y a du noir et Badiou nous en livre son expérience et ses réflexions sur l'usage qui en est fait dans le monde. Une phénoménologie poétique empreinte d'une certaine nostalgie et qui se conclue par une accusation. Si le noir est premier et porteur de tous les possibles, le blanc, qui n'est pas plus une couleur, prétend à être tout, toutes les couleurs, ce qui clôt le champ des possibles et ainsi génère l'angoisse (de la page blanche ...). Mais le blanc, comme par revanche, a inventé l'homme noir pour se dresser, homme civilisé, face à lui : tromperie, l'homme n'est ni blanc ni noir, sa peau connaît toutes les nuances de couleurs. Par Bruno Desalle.

Notre mal vient de plus loin.

Dans ce court essai, Alain Badiou revient sur les tueries perpétrées le 13 novembre à Paris et propose d’élucider ce qui est arrivé. Qui sont les agents de ce crime de masse ? Et comment qualifier leur action ? Où en est notre monde, du point de vue de ce qui a été ainsi mis en place insidieusement, puis avec acharnement depuis un peu plus de trente ans ?Ce dont nous souffrons, c’est de l’absence à échelle mondiale d’une politique disjointe du capitalisme hégémonique. Tant qu’une proposition stratégique autre ne sera pas faite, le monde restera dans une désorientation essentielle. C’est un travail pour tous que d’essayer de faire que l’histoire de l’humanité change de direction et s’arrache au malheur opaque où en ce moment elle s’enfonce.

Nouvelles d' Alain Badiou

Année 2016:
1. Le séminaire reprend le lundi 11 janvier , dans les conditions habituelles (Théâtre de la Commune, Aubervilliers, 20h) .
2.Le livre sur la "couleur" noir, titrée " Le Noir, éclats d'une non-couleur ", sort en librairie . Editions Autrement.
3.Chez Fayard, sort l'édition de la conférence du 23 novembre à propos des meurtres de masse . Le titre est : " Notre mal viens de plus loin ".