Ir al contenido principal

Entradas

Mostrando entradas de 2017

Sobre la violencia.

Estoy profundamente convencido de que la forma en que la sociedad está organizada a escala planetaria alienta y crea llamados a la violencia. La razón principal radica en que, para el sistema, la realidad humana es la competencia. La idea de Hobbes según la cual el hombre es un lobo para el hombre constituye la convicción profunda de nuestra sociedad. Por esa razón genera violencia constante: la sociedad da el derecho general para que, en su propio interés, se pisotee a los demás. La prensa más ordinaria hace el elogio de esa violencia. Los diarios hablan de cómo tal banco aplastó al otro, de cómo la gente fue expulsada, etc., etc. Eso, dicen, es la vida, la competencia. Pero hay que pagar el precio. Mientras no enunciemos que las sociedades deben construirse en base a la asociación y no a la competencia permaneceremos en el elemento primordial de la violencia. No digo que la violencia va a desaparecer. La sociedad alienta sistemáticamente la violencia y luego se ve obligada a combati…

La vraie vie.

La vraie vie, París: Fayard, 2016.
La verdadera vida, traducción de Víctor Goldstein, Buenos Aires: Interzona 2017.
Traducción de Adriana Santoveña, Barcelona: Malpaso ediciones, 2017.

La verdadera vida. Alain Badiou.

Un apasionado mensaje en el que nadie encontrará un apagado sermón conservador ni una exhortación a que nos sumemos de una vez y para siempre a las egoístas filas capitalistas. Lo que hay es una llamada radical: una vibrante invitación a reinventar la existencia, a crear una vida verdadera que relumbre en los dominios del arte, el amor, la ciencia y la política.

Que signifie « être radical » ?

Alain Badiou
Être « radical » veut dire : aller, quant aux choses que l’on veut dé-raciner, jusqu’à, précisément, leurs racines. Il ne sert à rien de se croire un combattant valeureux quand on dévoile les frasques de tel ou tel notable, étant donné que le capitalisme est l’installation universelle de la corruption. Il ne sert à rien de s’imaginer changer l’ordre social parce qu’on a remplacé une clique gouvernementale par une autre, étant donné que tous les gouvernements sont composés de fondés de pouvoir du Capital. Il ne sert à rien de faire le valeureux en décochant quelques horions à une escouade de policiers, étant donné que la police et l’armée renouvellent sans cesse leurs effectifs en fonction des nécessités de la domination. Il ne sert à rien de gaspiller son courage en sabotant quelques circuits ou quelques dépôts de la marchandise, de l’information ou de l’argent, étant donné que c’est la circulation mondiale matérielle, idéologique et financière, des choses, des signes et d…

"Qu'est-ce qu'une politique à distance de l'Etat ?" avec Alain Badiou

Mercredi prochain, nous recevons Badiou au séminaire Conséquences. Ce sera comme d'habitude à 19h aux Beaux-Arts, Amphi des Loges. Voici la page de l'événement Facebook :  https://www.facebook.com/events/431644027199378/?acontext=%7B%22action_history%22%3A%22null%22%7D
Beaux-Arts, 14 Rue Bonaparte, 76006, Amphithéâtre du Mûrier - 
A notre demande, l'exposé portera sur des problématiques précises qui traversent son oeuvre depuis plusieurs années et dont l'approfondissement nous semble essentiel, y compris pour le devenir de nos luttes et de nos pratiques militantes. Si le paradigme léniniste du parti d'avant-garde est aujourd'hui périmé, comment pouvons-nous penser de nouvelles formes d'organisation, à distance de l'État, tout en maintenant la nécessité stratégique d'un renversement du pouvoir fondamental de la propriété privée ? Si toute politique commence par une soustraction originaire à l'égard de la sphère représentative, quel est le réel de …

Diffusion du panneau "L'Événement : Badiou et la nouvelle politique".

PANNEAU 


"L'Événement : Badiou et la nouvelle politique".

Jeudi 25 mai 2017. 20:00

Jorge Alemán - Timothy Appleton - Angelina Uzín Olleros - Rodrigo Menchón.

Centre Culturel Cruce (Croise).

Dr. Fourquet 5. Madrid.

Alain Badiou : L'engagement politique de Sartre

Alain Badiou La nueva política.

El acontecimiento. Badiou y la nueva política.

PANEL “El Acontecimiento: Badiou y la nueva política”.

L'émission Contre-courant 24 avril 2017.

Le lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, le lundi 24 avril, à 19h, au théâtre de la Commune à Aubervilliers, aura lieu l'enregistrement public de l'émission Contre-courant, animée par Aude Lancelin et Alain Badiou. L'invité du jour sera Jean Salem, professeur à la Sorbonne, où il dirige depuis des années un séminaire fameux, consacré à tous les aspects, historiques, politiques, philosophiques, du marxisme saisi dans son histoire. L'entretien portera sur la signification réelle, dans le monde contemporain, de la procédure électorale. Je profite de cette occasion pour vous signaler que la collection des Séminaires  comptera dès la semaine prochaine un neuvième volume, le Séminaire de 2010-12, Que signifie"changer le monde" ?

Voter, ou faire de la politique ?

Alain Badiou.
Nombreux sont les électeurs qui restent encore indécis quant au scrutin présidentiel, pourtant imminent. Je peux les comprendre. Ce n’est pas tant que le programme des candidats tenus pour éligibles soit obscur, ou confus. Ce n’est pas tant– je reprends ici une tournure que j’avais appliquée naguère à Sarkozy, et qui a connu un certain succès – qu’il faille se demander « de quoi ils sont le nom ». C’est bien plutôt que ce n’est que trop clair. Marine Le Pen est la version modernisée, donc féminisée, de l’extrême droite française de toujours, dévouée au capitalisme et à la propriété privée sur le fond, mais démagogiquement populiste, nationaliste à la petite semaine, xénophobe et boutiquière. François Fillon est le bourgeois provincial catholique intolérant, totalement ignorant de ce que c’est que vivre hors de son milieu rance, et dont la philosophie, personnelle ou budgétaire, se résume à « un sou est un sou ». Sinon qu’il n’est pas regardant sur la provenance de ses pro…

Le conflit politique : logiques et pratiques.

Dates : 6-7-8 avril 2017
Lieux :
-La Parole errante (6 avril) 9 rue François Debergue, 93100 Montreuil 
-Théâtre L'échangeur (7 et 8 avril) 59 avenue du Général de Gaulle, 93170 Bagnolet

Organisateurs : Bernard Aspe (Ciph), Patrizia Atzei (Université Paris VIII, éditions NOUS), Camille Louis (collectif kom.post, Université Paris VIII), Frédéric Neyrat (Université de Wisconsin-Madison).
Le titre choisi pour le colloque donne une indication sur ce qui y est supposé. Disons que l'on fait ici un nœud de trois suppositions : premièrement, la politique se laisse aborder sous l'angle du conflit spécifique qu'elle met en œuvre. Deuxièmement, il y a une logique de ce conflit, ce qui veut dire plus précisément qu'il y en a une intelligibilité, entendons par là une saisie conceptuelle et discursive. Troisièmement, cette intelligibilité, comme dirait Lacan, est « pas-toute » ; le concept de « pratiques » peut alors être mobilisé pour indiquer les éléments (les gestes, les postures, l…

De la fausse mondialisation capitaliste au monde communiste unique, via la question des « étrangers »

-- Alain Badiou -- Il faut partir d'une constations très simple. Aujourd'hui, un vrai monde constitué par les hommes et les femmes qui vivent sur cette planète n'existe pas. Pourquoi est-ce que je dis qu’un monde des femmes et des hommes n’existe pas ? Parce que le monde qui existe, le monde de la mondialisation, est uniquement un monde des objets et des signes monétaires, un monde de la libre circulation des marchandises et des flux financiers. Il est exactement le monde prévu par Marx il y a cent cinquante ans : le monde du marché mondial. Dans ce monde, il n’y a que des choses — les objets vendables — et des signes — les instruments abstraits de la vente de l’achat, les différentes formes de la monnaie et du crédit. Mais il n’est pas vrai que dans ce monde existent librement des sujets humains. Et, pour commencer, ils n’ont absolument pas le droit élémentaire de circuler et de s’installer où ils veulent. Dans leur écrasante majorité, les femmes et les hommes du soi-disant…