Ir al contenido principal

Presentation et remerciements Alain Badiou 16/1/2017



Une image d’Alain Badiou mettant fin au séminaire.

J’ai évidemment tenté, ce 16 janvier 2017, une assez lourde opération symbolique : marquer une fin (celle de mes séminaires), et noter un âge, 80 ans, à propos duquel on peut dire, citant Saint John Perse : « Grand âge, nous voici ! ».
Chacun, sur ces questions, a sa propre méthode. Il en existe à vrai dire deux principales. On peut laisser venir la mort, afin que ce soit de ce Dehors obscur qu’est prononcée toute fin. Ce fut la décision de Lacan, par exemple, cramponné de façon en quelque sorte sublime à son séminaire, tant que son souffle pouvait encore, fût-ce de façon de plus en plus lacunaire, le porter. Ou bien on prononce la fin sans attendre un signal venu de la nature, dans l’idée qu’il est toujours possible, quelles que soient les atteintes du temps, de prendre une décision, de passer à autre chose. C’est mon choix.
Ce choix vient de loin : Depuis très longtemps, je me méfie de la nature, je n’ai pour elle aucun respect, et si je peux la tenir à distance, je le fais. D’où du reste que l’idéologie millénariste de type écologique n’a sur moi guère de prise. Nos ancêtres lointains avaient déjà bien du mérite de survivre dans des conditions naturelles effrayantes avec de faibles outils et des abris précaires. Mais ce qui attestait leur grandeur était de peindre sur les grottes, à la lumière de quelques torches, de magnifiques tableaux où les animaux étaient saisis dans leur idée, bien plus que dans leur vie empirique. Ils prouvaient par là-même, ces peintres des cavernes, que l’humanité commence vraiment là où elle invente des pensées-pratiques sans aucun intérêt « naturel ».
Il me fallait en somme marquer et défaire à la fois une jointure entre l’âge, qui est une donnée largement naturelle, et mon activité publique de philosophe, qui est une donnée hors nature, voire souvent antinaturelle. De là la collision entre « 80 ans », la fin du séminaire, et le commencement encore obscur d’une autre séquence de ma vie, la quatrième, après l’enfance, la jeunesse, et l’identité adulte.
Pour cela, il fallait d’abord un lieu. C’est un grand bonheur qu’il ait été un théâtre, ce lieu, tant le théâtre compte pour moi, cette extraordinaire activité, elle aussi singulièrement peu naturelle. Je veux ici remercier, tout spécialement, non seulement les dirigeants de ce théâtre, qui sont de grands amis, mais tout son personnel, qui a montré dans cette lourde affaire de quoi il était capable en fait d’amitié collective.
Pour cela, il fallait aussi des témoins venus de l’humanité elle-même, amis, parents, auditeurs, admirateurs, compagnons de travail et d’œuvre, camarades de la politique ou de l’amour, de la science ou de l’art, anciens étudiants, collègues, acteurs et metteurs en scène, éditeurs, rivaux, voire même ennemis de passage…Tous ceux-là, et d’autres encore, qui ont rempli à ras bord le théâtre de la Commune, après m’avoir parfois écrit de beaux messages, tous ceux également qui n’ont pas pu venir, mais ont témoigné, signé, ou même ont seulement pensé à moi, je les remercie vivement, car ils ont fait tout le réel de cette construction symbolique.
Ce recueil est dédié à tous les témoins, présents comme absents, de ce jour tout à fait singulier. Outre quelques documents et présentations générales, il recueille, de ce jour, autant que faire se peut, les traces, depuis la longue intervention jusqu’à la simple signature, en passant par toute la gamme des messages.
Sans doute y-a-t-il des oublis dus à la manipulation de ces traces, aux ordinateurs, aux transferts, aux distances, aux langues, aux erreurs. Mais ceux qui repèrent un oubli peuvent, je dirais même doivent, nous le dire : ce recueil est évidemment « work in progress ».

Alain Badiou

Comentarios

Entradas populares de este blog

Una reseña de El Siglo de Alain Badiou.

PorJuan Manuel Melero.



El sigloreúne un ciclo de clases de Alain Badiou, dictadas entre octubre de 1998 y marzo del 2000. Se suma a éstas un epílogo, del año 2004. Su objeto es ni más ni menos que ese siglo cuya línea de cierre, en términos del calendario, nos encontrábamos pisando por entonces. Pero su objetivo no es hacer un balance general o un juicio de valor sobre lo que habría sido el siglo XX, sino intentar una lectura de la subjetividad que lo sostuvo, de las pasiones que le dieron impulso, mediante un trinchado de discursos: las políticas, las artes, las ciencias. Lo primero que se advierte es que en ese sentido se han ensayado diferentes maneras de circunscribir el siglo, y que ellas dependen, principalmente,  del modo de captar la relación entre violencia y transformación histórica. Entonces, la periodización más difundida, y también la más fuerte en este libro, hace comenzar al siglo en los años 1914-18, lapso de la primera guerra llamada mundial, que incluye además a 1917, …

Ce merveilleux petit chat.

Ce merveilleux petit chat avait pour nom "Royan". C'est une ville au bord de l'Atlantique, où ce chat, tout petit et perdu, a été trouvé par mon fils adoptif (d'origine congolaise) Oliver Ntumba-Winter-Badiou. Malheureusement, cette adorable bête était une peu folle, elle sautait partout sans faire attention, il fallait toujours fermer toutes les fenêtres et toutes les portes... Royan a fini, un matin, par sauter par la fenêtre, il a fait une chute de six étages. Il n'était pas mort ! Je l'ai emmené tout doucement chez le vétérinaire. Il a lutté encore deux jours, après des soins délicats et difficiles, mais il a succombé à la fin. Nous avons tous beaucoup pleuré... Alain B.

Elogio del amor.

En forma de debate, Alain Badiou responde a las preguntas de Nicolas Truong y aborda el tema del amor de manera profunda. Se pregunta con pasión y rigor sobre la concepción del amor en nuestro mundo moderno. Para él, es necesario “reinventar el riesgo y la aventura, contra la seguridad y la comodidad”. Se debe caer enamorado para hacer filosofía, según Badiou, “quien no comienza por el amor no sabrá nunca lo que es la filosofía”. A través de este libro, podemos descubrir varias ideas. En primer lugar nos dice que hoy el amor se ve amenazado por el conformismo, porque el amor se define como una experiencia tranquilizadora, que nos hace sentir seguros. En efecto, se piensa que se toman menos riesgos al buscar otro ser idéntico a sí mismo (la otra mitad) que deben elegirse fulano o mengana y se piensa “con aquél, esto va a ir sin riesgos”. De esta manera, no hay más sorpresa, ni más encuentro y se pierde toda la poesía de la vida. Pero el amor no puede existir a falta total de riesgos…